mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Twitter : @LesEnR - Linkedin : @Vizea
Accueil > Actualité > Actualités > Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures

Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures

Le groupe d’experts sur l’évolution du climat alerte les Etats, dans un rapport publié lundi 8 octobre 2018, des lourdes conséquences d’une augmentation des températures au-delà de 1,5 °C.

Rappel : qu’est-ce que le GIEC ?

Le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat est un organisme de l’ONU, chargé d’étudier l’impact de l’activité humaine sur le climat, qui, agrège et passe en revue la littérature existante, afin de la synthétiser dans des rapports détaillés adressés à la communauté scientifique, politique et des preneurs de décisions.

Ces rapports servent de base de référence technique et scientifique pour les négociations inter-États lors des Conférences des Parties (COP) de la convention des Nations unies sur le changement climatique.

Le rapport d’octobre 2018 prépare la COP24 qui aura lieu à Katowice (Pologne) en décembre. Les pays membres vont se réunir pour discuter des objectifs fixés à la COP21 et éventuellement les modifier. Ils décideront également des mesures à prendre pour s’assurer que ces objectifs soient remplis.

Que retenir du dernier rapport ?

  • Les mesures prises par les pays à la suite de la COP21 sont très insuffisantes pour limiter le réchauffement à 1,5°C. Au rythme actuel d’émission, le réchauffement approchera 2,5°C en 2060, et dépassera probablement 3°C en 2100. De fait, le réchauffement effectif est déjà de l’ordre de 1°C.
  • Cependant, un scénario à 1,5°C est encore théoriquement possible. Il faut pour cela réduire grandement nos émissions de CO2 — 25-30 GtCO2eq par an en 2030 contre 50-58 GtCO2eq avec les actions de la COP21 — de manière à les annuler d’ici 2040-2060. Par ailleurs, à partir de 2030, il faudra aussi réduire nos émissions d’autres gaz à effet de serre : méthane, protoxyde d’azote, etc. Sans tous ces efforts, même en supposant l’utilisation à grande échelle de technologies de captation de carbone, il n’existe pas de solution viable pour limiter le réchauffement à 1,5°C.
  • La différence d’impact entre un scénario à 1,5°C et un scénario à 2°C est très importante; chaque dixième de degré compte. Notamment, à 1,5°C, 10-30% des coraux survivraient, contre une disparition complète à 2°C. L’impact sur notre société est colossal lui aussi.
    Par exemple, un réchauffement de 2 °C provoquerait une élévation du niveau des mers supérieure de 10 cm (par rapport à un réchauffement de 1,5 °C) d’ici 2100 et aggraverait le risque à plus long terme d’une déstabilisation des glaces du Groenland et de l’Antarctique (le niveau marin augmenterait alors de plusieurs mètres). Cette augmentation de 10 cm des niveaux de la mer se traduira par 10 millions de personnes supplémentaires concernées par l’augmentation du niveau de la mer, tandis que des centaines de millions de personnes, notamment dans les pays pauvres, se retrouveront touchées par des sécheresses et des événements climatiques violents.
  • Réduire nos émissions pour atteindre cet objectif de 1,5°C demandera une refonte profonde et rapide de notre société et de nos modes de vie. Si des décisions suffisamment ambitieuses sont prises d’ici 2030 — 50-60% de réduction de nos émissions de CO2, la production d’électricité renouvelable augmentée de 430-470%, etc. — alors nous pourrons éviter d’être dépendants des solutions de capture du carbone déjà présent dans l’atmosphère pour stabiliser le réchauffement à 1,5°C. Sinon, il faudra dès 2030-2040 développer un projet pharaonique de captation du carbone émis dans l’atmosphère : jusqu’à 1218 GtCO2 devront être éliminées d’ici à 2100.

Quels sont les secteurs à l’origine des émissions ?

Emission de CO2 par secteurs en France en 2016 - Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Les transports sont les premières sources d’émissions de carbone en France. Viennent ensuite l’agriculture, le secteur du bâtiment puis l’industrie. Enfin, la production d’énergie et la gestion des déchets recouvrent une part mineure, en partie pour l’énergie du fait de la part importante du nucléaire dans le mix énergétique. Sur ces six postes, il faut noter que la grande majorité est intrinsèquement liée au fonctionnement urbain, faisant de ce milieu le centre de préoccupation de la transition climatique.

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn