Tel : +33 1 57 19 50 06 - mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Twitter : @LesEnR
Accueil > Actualité > Actualités > Environnement - Le groupe Accor calcule son empreinte environnementale

Environnement - Le groupe Accor calcule son empreinte environnementale

AccorLe géant hôtelier Accor (Sofitel, Ibis, etc.) a publié en décembre 2011 les résultats d’une vaste étude concernant l’empreinte environnementale du groupe. Cette étude – inspirée de la méthodologie de l’analyse de cycle de vie (ACV) –  a demandé près d’un an de travail en collaboration avec le cabinet de conseil PwC. Comme c’est souvent le cas avec une ACV, les résultats vont à l’encontre des idées reçues et réservent quelques surprises.

La méthodologie utilisée
La mesure de l’empreinte environnementale d’Accor est rendue particulièrement complexe tant par l’échelle internationale du groupe – 4 200 hôtels implantés dans 90 pays – que par la difficulté de définir les frontières de l’activité hôtelière. L’étude a finalement identifié onze postes susceptibles d’avoir un impact environnemental : la construction et la rénovation des bâtiments, le mobilier des chambres, les équipements de bureau, les consommations d’eau et d’énergie dans les hôtels, la climatisation, la restauration, les produits d’entretien, la blanchisserie externe, la gestion des déchets des hôtels et le déplacement des collaborateurs. Les déplacements des clients n’ont pas été pris en compte en raison de l’impossibilité de recueillir des données fiables à ce sujet.

Cinq catégories d’impacts environnementaux ont été retenues :
  • la consommation d’énergie (MWh d’énergie primaire),
  • la consommation d’eau (m3),
  • la production de déchets (tonnes de déchets ultimes),
  • le changement climatique lié à la production de gaz à effet de serre (tonnes equiv. CO2),
  • l’eutrophisation (tonnes equ. PO43- - indicateur lié à la pollution de l’eau).
Les résultats de l’étude
L’étude permet d’identifier trois postes ayant un impact particulièrement important sur l’empreinte environnementale totale du groupe :
  • l’énergie consommée dans les hôtels est responsable de 75% de la consommation d’énergie totale du groupe, et de 66% de la production de gaz à effet de serre,
  • la restauration est responsable de 86% de la consommation d’eau et de 64% de l’eutrophisation,
  • la construction est responsable de 68% des déchets ultimes produits.
Empreinte environnementale Accor

Ainsi, une grosse surprise de cette étude est la part importante du poste de restauration dans l’empreinte environnementale du groupe, bien devant la consommation d’eau sur site par exemple, comme on pourrait le penser. Autres surprise dans le domaine des déchets, les déchets produits sur site ne représentent que 5% des déchets ultimes produits par le groupe. En revanche, l’étude confirme la grande responsabilité de l’énergie utilisée sur site dans la consommation d’énergie totale du groupe et les émissions de gaz à effet de serre.

Les conclusions de cette étude permettent ainsi de prioriser les actions à mettre en place, voire d’identifier de nouvelles pistes d’amélioration. Par exemple, le levier d’action le plus pertinent pour réduire la consommation d’eau totale du groupe se situe au niveau de la restauration (filières d’approvisionnement, choix des fournisseurs, composition des menus, etc.). Les réductions d’énergies quant à elles doivent passer avant tout par la réduction des consommations directes des hôtels, dans la voie déjà engagée par le groupe qui a commencé à équiper ses hôtels de lampes basse consommation par exemple.

Une étude novatrice
Il existe quelques études cherchant à quantifier l’impact environnemental des activités de  tourisme, mais elles sont peu nombreuses. Elles sont à une échelle beaucoup plus restreinte – quelques bâtiments – et elles dissocient l’empreinte du bâtiment et celle des activités hôtelières. L’originalité de l’étude menée par Accor réside donc à la fois dans son échelle – plusieurs milliers d’hôtels répartis sur 4 continents – et dans sa volonté d’évaluer tant les aspects du cycle de vie des bâtiments que les activités hôtelières elles-mêmes.

Par ailleurs, la présente étude, tout en s’inspirant de la méthodologie de l’ACV, s’en démarque sur plusieurs points, à la différence des études existantes.
  • Les catégories d’impacts environnementaux choisies dans l’étude d’Accor sont des impacts « simplifiés », permettant une plus grande accessibilité des résultats de l’étude et une meilleure diffusion auprès des acteurs concernés et du grand public.
  • L’étude d’Accor ne définit aucune unité fonctionnelle, alors qu’elle est la base de toute étude ACV. Par exemple, on trouve dans d’autres études : 600 m² d’un hôtel d’une durée de vie de 40 ans avec une capacité 400 personnes, ou encore : une nuit à l’hôtel pour une personne. La définition d’une unité fonctionnelle est ce qui permet une comparaison de résultats. Par exemple, cela aurait pu permettre de différencier les résultats selon les types d’hôtels (hôtel de luxe, hôtel bon marché) ou selon la répartition géographique des hôtels.
Enfin, il est à noter que l’étude d’Accor ne prend pas en compte les déplacements de ses clients, alors qu’une étude italienne montre que ce poste est le premier responsable des impacts environnementaux des 4 hôtels italiens considérés, bien avant la restauration, second poste identifié (sur ce point, les résultats concordent avec l’étude menée par Accor).

Cette étude, ainsi que la large diffusion de la méthodologie employée et des résultats obtenues, marquent cependant une étape importante. Même si les résultats obtenus dépendent grandement dans l’absolu de la méthodologie employée, du choix des postes retenus et des impacts environnementaux considérés, cette mesure de l’empreinte environnementale du groupe Accor est perçue non comme une finalité mais comme un point de départ, pour mieux cibler et prioriser les actions à mettre en place afin d’avoir un impact réel sur l’empreinte environnemental du groupe. On ne peut que saluer une telle démarche.
Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn